Open Access
Numéro
CMLF 2008
2008
Numéro d'article 197
Nombre de pages 13
Section Sociolinguistique et écologie des langues
DOI https://doi.org/10.1051/cmlf08290
Publié en ligne 9 juillet 2008
Congrès Mondial de Linguistique Française, Paris, France, 2008
DOI: 10.1051/cmlf08290

De la pertinence des variables pour l’étude de la variation

B. Akissi-Boutin

boubeaki@gmail.com

Publié en ligne le 9 juillet 2008

Résumé
La division du matériel linguistique en variétés de langue semble un pré requis de tout discours sur la variation alors qu’une telle classification est loin d’aller de soi. Les variétés « nouvelles » de français en sont une illustration. Dans les pays d’Afrique où le français est récemment implanté et où il évolue relativement en marge du français standard, encore peu de signes sont emblématiques d’un style ou d’un groupe social. Dans de tels contextes, il n’est pas certain que le changement soit interprétable avec les mêmes critères que ceux utilisés pour le français en France. Nous proposons l’analyse de quelques variables, phonologiques, lexicales et syntaxiques pour montrer la diversité de leur comportement et la difficulté à les regrouper pour caractériser des variétés stylistiques et sociales de langue. L’étude montre que les variables n’ont pas toutes le même comportement et ne peuvent être traitées de la même façon. Nous disposons, pour vérifier la pertinence des liens entre un certain nombre de variantes et des variétés de langue, d’une enquête menée à Abidjan sur les représentations et attitudes linguistiques en 1999, des études sociolinguistiques existantes sur le français en Côte d’Ivoire et des premiers résultats de l’analyse d’un corpus de quatorze locuteurs d’Abidjan enregistrés en 2004 et 2005.



© Institut de Linguistique Française 2008