Open Access
Numéro
CMLF 2008
2008
Numéro d'article 050
Nombre de pages 5
Section Didactique et enseignement, français langue maternelle, français langue seconde
DOI https://doi.org/10.1051/cmlf08319
Publié en ligne 9 juillet 2008
Congrès Mondial de Linguistique Française, Paris, France, 2008
DOI: 10.1051/cmlf08319

La didactique du français langue maternelle à la croisée de tensions internes et externes. Les exemples de la production d’écrit et de la lecture

S. Plane

sylvie.plane@wanadoo.fr

Publié en ligne le 9 juillet 2008

Résumé
Cette intervention prendra appui sur la didactique de la production d’écrit et la didactique de la lecture pour tenter de mettre en évidence quelques-uns des facteurs auxquels la didactique du français langue maternelle dans son ensemble est soumise et qui influent sur son évolution. La didactique du français langue maternelle est un domaine de recherche relativement récent, qui a comme particularité d’être structurellement dynamique, et ce pour au moins trois raisons :
- le premier facteur de dynamisme de la didactique tient au fait que la didactique du FLM s’intéresse à des objets complexes puisqu’il s’agit d’objets langagiers observés sous l’angle de l’apprentissage et de l’enseignement. Leur étude fait donc intervenir plusieurs domaines de recherche, ce qui amène la didactique du FLM à construire des organisations conceptuelles lui permettant d’intégrer des savoirs issus de disciplines connexes ou contributoires, et à prendre en compte les évolutions qui se produisent dans ces domaines. Mais surtout la didactique du FLM a depuis longtemps cessé d’être une discipline uniquement importatrice de données ou de concepts. Elle est elle-même productrice de savoirs sur ces objets complexes, qu’elle a comme particularité d’examiner dans leur complexité même.
- le second facteur de dynamique découle du précédent : la didactique du FLM ne se contente pas d’engager des travaux et des réflexions sur qui apporteront des connaissances nouvelles sur les objets qu’elle étudie – ce qui est la vocation de toute discipline de recherche – elle ne cesse de s’interroger sur qu’elle-même est, sur ses méthodes et ses objets, ce qui l’amène à être en quelque sorte à la fois une discipline de recherche, et une méta-discipline.
- le troisième facteur qui pousse la didactique à évoluer – parfois de façon défensive – tient à sa dimension praxéologique. C’est une donc discipline de recherche en prise avec les attentes institutionnelles ou les représentations sociales qui exercent une pression sur elle, notamment en lui désignant des objets, voire en lui opposant une doxa.
Pour illustrer la manière dont ces différentes pressions et tensions s’exercent de l’intérieur ou de l’extérieur sur la didactique du FLM et la font bouger, nous prendrons des exemples issus de deux domaines, celui de l’apprentissage de la production d’écrit et celui de l’apprentissage de la lecture. Nous nous interrogerons à cette occasion sur ce qui peut faire qu’une problématique émerge à un moment donné ou qu’au contraire elle reste inexplorée



© Institut de Linguistique Française 2008