Open Access
Numéro
CMLF 2008
2008
Numéro d'article 199
Nombre de pages 10
Section Sociolinguistique et écologie des langues
DOI https://doi.org/10.1051/cmlf08284
Publié en ligne 9 juillet 2008
Congrès Mondial de Linguistique Française, Paris, France, 2008
DOI: 10.1051/cmlf08284

Alternance stylistique et cohésion intra-groupe dans une banlieue multi-ethnique de Paris

Z. Fagyal and C. Stewart

zsfagyal@uiuc.edu
cmstewrt@uiuc.edu

Publié en ligne le 9 juillet 2008

Résumé
Cet article cherche à illustrer, dans la parole de deux adolescents enregistrés dans un contexte d’énumération et utilisant surtout une prosodie typique au français de référence, l’alternance stylistique entre plusieurs contours marqués et non marqués pragmatiquement dans des buts interactionnels précis. Dans les cas illustrés dans l’article, il s’agit d’une volonté de s’aligner avec les pairs, et donc d’utiliser un système de signalisation-l’intonation-propre au groupe. L’un des locuteurs analysés semble se solidariser avec son ami participant à l’interaction en répétant le mot en question avec une intonation typique, ou du moins typiquement associée, à l’accent des banlieues. Dans le cas de l’autre locuteur, le contour typique au groupe des pairs semble servir à sortir du rôle du locuteur effectuant une tâche expérimentale pour communiquer un message personnel au groupe. A travers ces analyses, on montre que la prosodie fait partie des outils linguistiques dont les locuteurs se servent pour modifier leur parole en fonction des participants qui sont présents dans l’interaction. Avec l’enquêtrice et un public (‘audience’) plus ou moins actif d’amis et de pairs, les locuteurs négocient constamment leur attitude (‘stance’) à travers l’usage de plusieurs contours. L’aspect théorique de l’interprétation suit le modèle du « style pour audience » de A. Bell (1984, 2001), mettant l’emphase sur le rôle de l’audience participant de façon active à l’interaction. Conformément à l’interprétation de la notion du style par Coupland (2007 : 58), l’article défend que le style représente une dimension cruciale de l’interaction « co-construit à travers l’engagement entre paires ou parties dans le discours ». Dans les extraits présentés, le besoin de la part des locuteurs de conserver leur réputation aux yeux de leurs pairs a pu être la motivation principale derrière leur alignement et leur ré-alignement avec le répertoire tonal de leurs paires, et donc l’emploi d’une prosodie non-standard à certains moments de l’interaction. Contrairement à Coupland (2007) qui prend une position nettement opposée aux approches quantitatives variationnistes, il nous semble important d’envisager l’étude du style dans ses aspects à la fois quantitatifs et qualitatifs. Le style étant un phénomène relationnel complexe par excellence, son étude nécessite la mise en œuvre des tous les moyens d’analyse dont on possède.



© Institut de Linguistique Française 2008