Open Access
Numéro
CMLF 2008
2008
Numéro d'article 034
Nombre de pages 11
Section Diachronie, histoire de la langue
DOI https://doi.org/10.1051/cmlf08280
Publié en ligne 9 juillet 2008
Congrès Mondial de Linguistique Française, Paris, France, 2008
DOI: 10.1051/cmlf08280

La préverbation en français médiéval : polysémie et sens grammatical

M. Dufresne, F. Dupuis and M. Tremblay

dufresne@queensu.ca
dupuis.fernande@uqam.ca
mt11@queensu.ca

Publié en ligne le 9 juillet 2008

Résumé
La plupart des grammairiens tiennent pour acquis que les items lexicaux sont organisés en deux types de classes de mots : aux catégories dites lexicales comme nom, adjectif, verbe et adverbe s’opposent les catégories grammaticales, déterminant, complémenteur, marques casuelles et aspectuelles, verbes auxiliaires, etc. Par ailleurs, il est aussi souvent admis que cette division n’est pas catégorique et qu’il existe, d’une part, des catégories dites semi-lexicales, telles les prépositions, les verbes supports, les adjectifs de quantifications, les particules partageant les caractéristiques des deux classes et, d’autre part, un nombre considérable d’unités lexicales oscillant entre les deux pôles. Doit-on dès lors considérer qu’il y autant de catégories homonymiques que de catégories syntaxiques possibles pour ces termes, dans l’espoir de préserver une dichotomie entre unités grammaticales et lexicales ? Si l’étude de la polycatégorialité s’est souvent limitée aux items lexicaux syntaxiquement autonomes (particules, verbes supports, quantificateurs et classificateurs) et peu de recherches ont considéré la question de la polycatégorialité des items lexicaux non autonomes. Nous chercherons à combler ce vide en nous penchant sur un cas de polycatégorialité dans le domaine morphologique : le système préfixal de l’ancien français.



© Institut de Linguistique Française 2008