Open Access
Numéro
CMLF 2008
2008
Numéro d'article 210
Nombre de pages 17
Section Syntaxe
DOI https://doi.org/10.1051/cmlf08267
Publié en ligne 9 juillet 2008
Congrès Mondial de Linguistique Française, Paris, France, 2008
DOI: 10.1051/cmlf08267

La forme verbale « être + participe passé » en tant que marqueur d’aspect et de structure argumentale : une typologie graduée

A. Buchard and A. Carlier

anne.buchard@free.fr
anne.carlier@univ-valenciennes.fr

Publié en ligne le 9 juillet 2008

Résumé
Rares sont les études qui ont tenté d’assigner à la forme verbale combinant l’auxiliaire 'être' avec le participe passé une signification grammaticale unitaire. La présente communication se propose d'analyser les différentes instances du cette forme verbale : le passé composé des verbes prenant comme auxiliaire 'être' (1) ou des verbes 'à double auxiliation' (2), la structure résultative formée à partir des verbes à renversement (3), le passif (4) et la structure résultative formée à partir de la construction pronominale (5). (1) Pierre est monté. (2) Pierre est divorcé. (3) Le sucre est caramélisé. (4) Le verre est renversé. (5) Marie est couchée dans le canapé. Elle met en évidence que dans tous les cas, la forme verbale "'être' + participe passé" est un marqueur de la structure grammaticale et de l'aspect. Elle montre ensuite, sur la base de tests empiriques, comment les différentes instances de cette forme verbale se distribuent sur une échelle qui va du verbe à la structure à adjectif attribut. Elle tente enfin de fonder l'unité des différents instances de la forme verbale " 'être' + participe passé" et leur diversité en faisant intervenir la genèse de l'auxiliation au moyen du verbe 'être' dans le domaine de la diathèse et du parfait.



© Institut de Linguistique Française 2008