Open Access
Numéro
CMLF 2008
2008
Numéro d'article 192
Nombre de pages 20
Section Sémantique
DOI https://doi.org/10.1051/cmlf08264
Publié en ligne 9 juillet 2008
Congrès Mondial de Linguistique Française, Paris, France, 2008
DOI: 10.1051/cmlf08264

Le mot singe et ses dérivés. Variation sémantique et valeurs référentielles

P. Planchon

planchonphilippe@yahoo.fr

Publié en ligne le 9 juillet 2008

Résumé
Le but de cet article est de présenter l’analyse du mot singe et de ses dérivés en termes de forme schématique. Cette analyse s’inscrit dans le cadre de la Théorie des Opérations Enonciatives d’Antoine Culioli, et vise à traiter de l’interaction entre la sémantique et la syntaxe à travers les propriétés sémantiques des unités lexicales. A cette fin, une analyse de corpus nous permet de faire l’étude de la variation sémantique et grammaticale de ce mot, et de dégager les principales structures cognitives engagées par son emploi en contexte. Cette analyse s’oppose en particulier à la thèse référentielle du sens, et aux différentes théories conceptuelles qui en découlent, et selon lesquelles il convient de ramener le sens d’une unité lexicale à sa valeur conceptuelle et aux référents qui y correspondent. Au contraire, nous souhaitons montrer que la démarche doit être inversée : les valeurs référentielles sont construites à l’échelle des énoncés. C’est par l’analyse des différents constituants de ces énoncés, notamment à travers la variété de leurs emplois sémantiques, qu’il est possible de comprendre comment leur combinaison en contexte permet la production de ces valeurs référentielles. Parmi ces valeurs référentielles, nous concentrerons notre analyse sur la valeur 'animal' qui est usuellement associée au mot singe, et nous montrerons qu’elle lui est en définitive extérieure, bien que ce mot puisse occasionnellement y référer en contexte le cas échéant.



© Institut de Linguistique Française 2008