Open Access
Numéro
CMLF 2008
2008
Numéro d'article 068
Nombre de pages 13
Section Didactique et enseignement, français langue maternelle, français langue seconde
DOI https://doi.org/10.1051/cmlf08139
Publié en ligne 9 juillet 2008
Congrès Mondial de Linguistique Française, Paris, France, 2008
DOI: 10.1051/cmlf08139

La cohérence des textes : entre préoccupations didactiques et questionnements linguistiques

F. Rondelli

fabienne.rondelli@wanadoo.fr

Publié en ligne le 9 juillet 2008

Résumé
Porter un jugement de cohérence est une pratique ordinaire de l’enseignement/ apprentissage de l’écriture. Cependant, sur quels repères et critères s’appuient les enseignants ? C’est cette question que pose notre étude à propos de l’évaluation par des enseignants d’une suite d’un texte narratif écrit par des élèves de cycle 3. L’hypothèse que nous formulons est que les enseignants montrent, au travers de leurs annotations et commentaires, des définitions implicites de la cohérence souvent éloignées des définitions déclarées sur cette notion. Notre objectif est d’observer en quoi leurs « proto-théories » sont en lien avec les définitions savantes de la cohérence. En effet, nous pensons que c’est la confrontation de ces deux niveaux définitionnels qui nous permettra 1) l’analyse des jugements 2) une réflexion sur une possible formation au jugement de cohérence. Nous avons construit un cadre théorique constitué de concepts opératoires issus de champs de recherche ciblés : l’analyse textuelle des discours ; la sémantique textuelle ; la psycholinguistique textuelle. Ils représentent les filtres successifs appliqués aux mêmes données, soit cinquante trois jugements de la même suite de texte. Cela nous permet d’analyser les divergences et convergences des jugements et des critères à propos des effets de texte et des effets de monde dans le texte d’élève. Nous montrons que les enseignants ont des modes de lecture non homogènes, posant la question du rapport entre niveau local et niveau global dans la construction de la cohérence. L’ensemble des données analysées nous invite à conclure que les approches théoriques que nous avons sélectionnées semblent devoir être problématisées dans le cadre de la formation. Un rôle de la formation au jugement de la cohérence de textes d’apprentis scripteurs pourrait être l’accompagnement à la conscientisation par le lecteur-correcteur de la manière dont il gère les différents niveaux de contrainte textuelle.



© Institut de Linguistique Française 2008