Open Access
Numéro
CMLF 2008
2008
Numéro d'article 167
Nombre de pages 14
Section Psycholinguistique, acquisition
DOI https://doi.org/10.1051/cmlf08104
Publié en ligne 9 juillet 2008
Congrès Mondial de Linguistique Française, Paris, France, 2008
DOI: 10.1051/cmlf08104

Influence de la fréquence sur la production et l'acquisition des formes verbales du français: le cas des russophones adultes

E. Sergeeva and J.-P. Chevrot

evgeniya.sergeeva@u-grenoble3.fr
jpchevrot@wanadoo.fr

Publié en ligne le 9 juillet 2008

Résumé
Nous avons étudié la production des formes conjuguées du verbe français par les apprenants du FLE. Cet article se concentre sur l’emploi de bases verbales et l’influence de l’input sur la production et les erreurs. La présente étude pose les questions suivantes en ce qui concerne l’influence de l’input : (1) le taux de correction des formes verbales est-il influencé par leurs fréquences ? (2) l’ampleur de l’effet de fréquence sur les productions correctes est-elle en relation avec le niveau des apprenants ? (3) dans quelle mesure les erreurs de choix de base sont influencées par les fréquences ? (4) quelles formes verbales sont utilisées par les apprenants en tant que formes de base du paradigme ? La production des formes conjuguées a été observée dans une tâche d’élicitation des verbes. Cette tâche a été conduite auprès de 30 étudiants russophones répartis en deux groupes en fonction de leur niveau en français. Chaque étudiant s’est vu présenter 6 vrais verbes (3 verbes présentant des alternances de bases fréquentes, 3 autres verbes – des alternances moins fréquents), 6 pseudo-verbes construits par modification phonologique des vrais verbes, avec pour objectif de faire produire 7 formes de temps-personne de chaque item (3ème, 4ème et 6ème personnes du présent, 3ème personne du subjonctif, 3ème personne du futur, participe passé et infinitif). Ces temps-personnes ont été choisis pour leur capacité à représenter les variantes des bases verbales. Chaque forme a été produite deux fois : avec une consigne explicite et à l’aide du Berko-test. Nous avons fait passer la même tâche à un groupe de contrôle de 30 étudiants natifs du français. L’étude utilise son propre décompte des fréquences basé sur la méthode de langue utilisée par les apprenants concernés. Les résultats de la tâche d’élicitation montrent que la fréquence des tokens agit tant sur la production des formes verbales correctes que sur les formes erronées chez les apprenants russes. Les formes et les bases plus fréquentes sont produites avec un taux de correction plus élevé, les unités fréquentes ont tendance à remplacer les unités moins fréquentes. L’effet de fréquence est évolutif, il augmente avec la hausse du niveau des apprenants. Nous avons également eu des indices qui supposent que les formes du 3PR et de l’infinitif sont des formes de base du paradigme verbal pour les apprenants russophones du FLE.



© Institut de Linguistique Française 2008