Open Access
Numéro
CMLF 2008
2008
Numéro d'article 188
Nombre de pages 16
Section Sémantique
DOI https://doi.org/10.1051/cmlf08050
Publié en ligne 9 juillet 2008
Congrès Mondial de Linguistique Française, Paris, France, 2008
DOI: 10.1051/cmlf08050

Cette personne a quelque chose que je n’ai pas. Une approche contrastive de réactions du type de jalousie.

A. Koselak

a.koselak@laposte.net

Publié en ligne le 9 juillet 2008

Résumé
Les affects sont omniprésents dans la vie et, comme tous les éléments saillants de notre entour, ils sont richement conceptualisés par la langue. Il s’agit de réactions complexes aux évènements du monde, ils concernent à la fois les domaines de la pensée, du ressenti et du comportement. La situation « cette personne a quelque chose que je n’ai pas » est universellement présente mais les réponses affectives diffèrent selon les cultures et sont donc, selon l’hypothèse de la relativité linguistique, encodées différemment dans différentes langues. La jalousie et l’envie sont des réactions possibles à cette situation et leur structure argumentale peut être schématisée de la manière suivante : X (Y possède Z). Cette proposition analyse la jalousie et l’envie françaises ainsi que certains de leurs équivalents en polonais, suédois, allemand et anglais. L’objectif de l’étude, qui se place dans la perspective wierzbickienne, est de découvrir les différences dans la conceptualisation des réactions à la situation en question dans les différentes langues et tenter de les schématiser. La schématisation proposée permet de valider la pertinence de paramètres pris en compte pour l’analyse des affects particuliers et notamment les relations entre les trois arguments : l’expérienceur, la personne Y et l’objet Z possédé par Y, ainsi que la tension volitionnelle (autrement dit les souhaits) de l’expérienceur afin de mettre fin à l’affect en cours et l’orientation axiologique de son ressenti (bon ou mauvais).



© Institut de Linguistique Française 2008