Open Access
Numéro
CMLF 2008
2008
Numéro d'article 102
Nombre de pages 14
Section Histoire, épistémologie, réflexivité
DOI https://doi.org/10.1051/cmlf08040
Publié en ligne 9 juillet 2008
Congrès Mondial de Linguistique Française, Paris, France, 2008
DOI: 10.1051/cmlf08040

Le nom propre en débat au tournant du siècle (Whitney - Bréal - Saussure)

P.-Y. Testenoire

pytestenoire@yahoo.fr

Publié en ligne le 9 juillet 2008

Résumé
La réflexion théorique relative aux noms propres s’est principalement axée, du point de vue de l’histoire des idées linguistiques, autour de la question de la référence. Cela a davantage été le fait, depuis le XIXe siècle, des logiciens et des philosophes que des linguistes. Au tournant des XIXe et XXe siècles par exemple, la question du sens des noms propres se trouve au centre du débat opposant Frege et Russell. Cette même question se retrouve chez trois des plus grands linguistes de ce temps : Whitney, Bréal et Saussure. C’est ce débat moins connu que cet article se propose d’examiner. Parce que le nom propre cristallise les problématiques de la signification et de la référence, la comparaison de son traitement dans l’œuvre de ces trois penseurs apparaît pertinente. On verra ainsi que sur le problème du sens des noms propres, Whitney et Bréal adoptent des positions radicalement opposées. Il sera démontré en quoi ces options éclairent la nature du conventionnalisme de l’un ainsi que les implicites et les influences de la théorie sémantique de l’autre. Il sera également porté attention au traitement pour le moins paradoxal du nom propre chez Saussure. Bien qu’absent de la théorie du signe développée dans le Cours de linguistique générale, il est examiné sous différents aspects dans les écrits autographes du linguiste. Cette disparité soulignera la nécessité d’interroger le rôle du nom propre dans l’élaboration des concepts saussuriens.



© Institut de Linguistique Française 2008