Open Access
Numéro
CMLF 2008
2008
Numéro d'article 139
Nombre de pages 14
Section Morphologie
DOI https://doi.org/10.1051/cmlf08306
Publié en ligne 9 juillet 2008
Congrès Mondial de Linguistique Française, Paris, France, 2008
DOI: 10.1051/cmlf08306

Le Thème L de l'adjectif et du nom

M. Plénat

plenat@univ-tlse2.fr

Publié en ligne le 9 juillet 2008

Résumé
On soutient ici qu’abstraction faite des cas de supplétion (e.g. rond ~ rotondité), les noms déadjectivaux « savants » comme les abstraits en -ité sont construits sur un thème – le Thème L – qui est ou bien identique au thème de féminin (e.g. FECOND, fém. féconde ~ fécondité), ou bien dérivable du thème de féminin à l’aide d’une règle de correspondance comme par exemple la règle de « postériorisation savante » de Dell & Selkirk (e.g. NERVEUX, fém. nerveuse ~ nervosité, HUMAIN, fém. humaine ~ humanité). Cette analyse prédit en particulier que les adjectifs en -TEUR comme MOTEUR (fém. motrice) donnent des dérivés en -tricité (cf. motricité), et les adjectifs en –EUR comme TROMPEUR (fém. trompeuse) des dérivés en -osité. Une enquête menée sur la Toile permet de montrer que motricité n’est pas un cas isolé et que les locuteurs fabriquent sans sourciller des dérivés comme tromposité, rêvosité ou songeosité. Le fait que certains lexèmes en -TEUR et en -EUR donnent des dérivés « savants » en -tor- et en -or- (cf. préceptorat, entraînorat) ne constitue par une objection, car ces dérivés sont des dénominaux construits sur des lexèmes en -TEUR et -EUR classifiants et non caractérisants. Flexionnel dans l’adjectif, le féminin est dérivationnel dans le substantif. Le Thème L d’un nom masculin en -TEUR ou en -EUR est fondé sur un thème en -teur ou en -eur et non sur un thème en -trice ou en -euse, un tel thème n’apparaissant que dans l’espace thématique du nom féminin correspondant. °Puéricultricat et °entraînosat dériveraient de ENTRAINEUSE et de PUERICULTRICE et non de ENTRAINEUR et de PUERICULTEUR. On n’a pas jusqu’à présent trouvé d’exemples de ce genre, mais les adverbes dénominaux en -ment distinguent comme on le prévoit les bases féminines en -TRICE et -EUSE (cf. modératricement, danseusement) des bases masculines en -TEUR et -EUR (cf. modérateurement, entraîneurement), alors que les adverbes déadjectivaux prennent pour radical un thème identique au féminin de l’adjectif (cf. motricement, trompeusement).



© Institut de Linguistique Française 2008