Open Access
Numéro
CMLF 2008
2008
Numéro d'article 161
Nombre de pages 17
Section Psycholinguistique, acquisition
DOI https://doi.org/10.1051/cmlf08251
Publié en ligne 9 juillet 2008
Congrès Mondial de Linguistique Française, Paris, France, 2008
DOI: 10.1051/cmlf08251

Le Présent et le Passé chez les Enfants Français

O. Lungu and H. Demirdache

oanalungu82@yahoo.fr
hamida.demirdache@univ-nantes.fr

Publié en ligne le 9 juillet 2008

Résumé
Notre étude a pour objectif d’évaluer l’acquisition des catégories « présent » et « passé » dans les propositions subordonnées chez les enfants français. Pour ce faire, nous avons élaboré plusieurs tâches de compréhension (jugement d’acceptabilité) qui s’inspirent également de celles proposées dans la littérature sur l’acquisition des temps subordonnés en anglais, néerlandais et japonais (Hollebrandse, 2000). Nos protocoles expérimentaux visent, plus précisément, la compréhension des lectures simultanées versus non-simultanées du « présent » et « imparfait ». Afin de tester la lecture simultanée des propositions enchâssées, nous avons proposé deux contextes différents: (i) le contexte dit à double accès- l’état décrit dans la proposition subordonnée est simultanée avec le temps du procès de la principale et subsiste encore au moment d’énonciation et (ii) le contexte dit purement simultané- l’état décrit dans la proposition subordonnée est simultané avec le temps du procès de la principale et ne subsiste pas au moment d’énonciation. Sur la base des résultats obtenus pour les lectures non-simultanées des relatives et complétives, nous concluons que (1) les enfants ont plus de difficultés avec un « imparfait/présent » versus un « passé composé » enchâssé sous un passé dans la principale (2) l’âge influe sur la compréhension du « passé » (perfectif versus imperfectif). Quant aux lectures simultanées, les données recueillies nous ont mené à plaider en faveur d’un traitement uniforme de « l’imparfait » et du « présent », interprétés comme des temps-zéro (Kratzer, 1998) par les enfants français. La lecture purement simultanée d’une complétive (lecture diagnostique de la concordance des temps) est particulièrement intéressante car « l’imparfait » mais également « le présent » ont été acceptés sous cette lecture temporelle. Remarquons que l’interprétation purement simultanée du « présent » est illicite dans la grammaire adulte du français, mais licite dans une langue sans règle stricte de concordance des temps. Ce traitement non-adulte du « présent » constitue alors un argument important en faveur de l’universalité du langage. Ces études expérimentales ne représentent, néanmoins, qu’un point de départ pour une investigation plus minutieuse des propriétés syntaxiques et sémantiques à travers les langues.



© Institut de Linguistique Française 2008