Open Access
Numéro
CMLF 2008
2008
Numéro d'article 225
Nombre de pages 13
Section Syntaxe
DOI https://doi.org/10.1051/cmlf08150
Publié en ligne 9 juillet 2008
Congrès Mondial de Linguistique Française, Paris, France, 2008
DOI: 10.1051/cmlf08150

Les Quand-P valencielles et les structures corrélatives

F. Saez

saez@univ-tlse2.fr

Publié en ligne le 9 juillet 2008

Résumé
Les propositions introduites par quand, ont fait l’objet de nombreuses études (JeanJean, Borillo, Benzitoun…) et présentent un nombre important de possibilités d’intégration. Le but du présent article n’est pas de revenir sur les analyses déjà établies mais de poser un nouveau regard sur certaines constructions de Quand-P pour lesquelles nous proposerons une interprétation corrélative. Cette possibilité avait déjà été envisagée par S. Allaire (1982), qui n’avait pas poursuivi l’analyse, et postulée par Ch. Benzitoun (2007), qui n'a pas vraiment approfondi, ces constructions sortant de son modèle descriptif (celui de l’Approche Pronominale). L’étude de ce genre de propositions exige nécessairement que soient pris en compte, dans l’analyse, différents niveaux de description. Le travail se situera à l’interface entre syntaxe, sémantique, pragmatique et discours, ce qui induit que la description syntaxique ne soit pas enchaînée par la dichotomie traditionnelle entre hypotaxe (subordination) et parataxe (coordination). Nous considèrerons la syntaxe comme un domaine multidimensionnel et multidirectionnel, donc dynamique, sensible et propice aux changements d’intégration des structures phrastiques, à savoir le couplage en ordination mutuelle ou hiérarchique de deux propositions verbales tensées ; ceci conduira à considérer des degrés d’intégration et à tenter de définir dans quelle mesure les systèmes corrélatifs permettent de décrire ce que les études traditionnelles n’expliquent pas en matière de « propositions introduites par quand ». Nous nous attacherons donc à la comparaison entre Quand-P valencielles et Quand-P corrélatives, espérant, par l’analyse de ces constructions pouvoir contribuer à la typologie des mécanismes d’intégrations des structures phrastiques.



© Institut de Linguistique Française 2008