CMLF 2012 : Présentation

3e Congrès Mondial de Linguistique Française
Lyon, 4-7 juillet 2012

sous la direction de F. Neveu, V. Muni Toke,
P. Blumenthal, T. Klingler, P. Ligas,
S. Prévost, S. Teston-Bonnard

1. Le CMLF, une manifestation scientifique internationale de premier plan pour la linguistique française

Le Congrès Mondial de Linguistique Française (CMLF) est organisé par l’Institut de Linguistique Française (ILF), Fédération de Recherche du CNRS (FR 2393) qui est sous la tutelle de cet organisme et du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. L’ILF regroupe dix-sept laboratoires de recherche, qui sont les co-organisateurs de ce congrès en partenariat avec de nombreuses associations nationales et internationales. Une telle organisation est exceptionnelle par son ampleur et la volonté de partenariat scientifique qu’elle révèle.

Le CMLF, qui en est à sa troisième édition, a atteint l’objectif qu’il s’était fixé à sa création : devenir un forum international reconnu, où toutes les recherches sur la langue française ont droit de cité.

Après le choix de Paris en 2008 pour le premier CMLF, et celui de la Nouvelle- Orléans en 2010, le Congrès a fait le choix de s’installer à Lyon en 2012, rendant ainsi hommage aux chercheurs lyonnais d’hier et d’aujourd’hui dont la contribution à l’étude de la langue française est de première importance.

Chacune de ces manifestati ons a attiré plus de 300 participants et les résultats ont fait l’objet d’une publication en ligne immédiate accompagnée par un volume de résumés et un CD-ROM d’actes.

Le champ de la linguistique française au plan international est foisonnant, protéiforme et extrêmement productif. L’organisation d’un congrès mondial doit se donner pour objectif de regrouper, faire connaître et diffuser ces recherches. C’est dire que ce congrès est orga nisé sans aucun privilège d’école ou d’orientation et sans exclusive théorique ou conceptuelle. Chaque domaine ou champ, chaque type d’objet, chaque type de questionnement et chaque problématique portant sur le français peut y trouver sa place. Dans le même ordre d’idées, la dimension internationale et l’accueil des linguistes francisants du monde entier retiennent toute l’attention nécessaire.

2. Huit conférences plénières, treize sessions thématiques, une session pluri-thématique

Le CMLF 2012 est organisé en 8 conférences plénières :

  • Sylvain Auroux, CNRS (France) : Echelles de temps et échelles d’objets dans l’histoire de la grammaire française
  • Bernard Combettes, Nancy-Université (France) : Linguistique textuelle et diachronie
  • Mats Forsgren, Université de Stockholm (Suède) : Descriptions énonciative, informationnelle et argumentative : aspects discursifs sur quelques cas de figure
  • Catherine Kerbrat-Orecchioni, Université Lumière-Lyon 2 (France) : Analyser du discours : le cas des débats politiques télévisés
  • Peter Koch, Université de Tübingen (Allemagne) : Changement lexical et constructionnalisation dans le domaine du verbe
  • Georg Kremnitz, Université de Vienne (Autriche) : Quelques remarques sur le projet d’une Histoire sociale des langues de France et les problèmes qui se sont posés lors de son élaboration
  • Marie-Claude L’Homme, Université de Montréal (Québec, Canada) : Le verbe terminologique : un portrait de travaux récents
  • Pierre Swiggers, Université catholique de Leuven (Belgique) : Les combats de Clédat. Étapes d’une « linguistique française » en élaboration, selon la voie (voix ?) de la grammaire

et 14 sessions, dont 13 sont des sessions thématiques :

  • Diachronie, histoire de la langue
  • Didactique et enseignement, français langue maternelle, français langue seconde
  • Discours, pragmatique et interaction
  • Histoire, épistémologie, réflexivité
  • Lexique(s)
  • Linguistique du texte et de l’écrit, stylistique
  • Morphologie
  • Phonétique, phonologie et interfaces
  • Psycholinguistique et acquisition
  • Sémantique
  • Sociolinguistique et écologie des langues
  • Syntaxe
  • Traitement automatique des langues
  • Session pluri-thématique : cette session laisse ouverte la possibilité de travailler dans plusieurs domaines, voire en marge des territoires disciplinaires traditionnels

Le CMLF 2012 a renoué avec le principe des textes d’orientation suggérant pour chaque thématique des pistes possibles de recherche. Il a également renoué avec le principe des tables rondes ponctuant les différentes sessions.

3. Données quantitatives pour le CMLF 2012

Auteurs / Communications

Nombre de propositions de communication déposées sur la plateforme328
Nombre total d’auteurs ayant proposé une communication398
Nombre de communications acceptées161 = 49,08 %
Nombre de communications refusées106 = 32,31 %
Nombre de communications annulées61 = 18,59 %
Nombres total d’auteurs concernés par les communications acceptées249
Nombre de jeunes chercheurs (doctorants ou docteurs depuis moins de 3 ans)
concernés par les communications acceptées
82 = 32,93 %

Répartition géographique en % des auteurs concernés par les communications acceptées.

France39 %Autriche1 %
Suisse8 %Chypre1 %
Italie7 %Égypte1 %
Allemagne6 %États-Unis d’Amérique1 %
Belgique6 %Fédération de Russie1 %
Brésil5 %Hongrie1 %
Canada5 %Lituanie1 %
Royaume-Uni3 %Maroc1 %
Espagne2 %Norvège1 %
Israël2 %Pays-Bas1 %
Japon2 %Pologne1 %
Argentine1 %Portugal1 %
Australie1 %Tunisie1 %

4. Les supports éditoriaux du congrès

Comme pour les précédentes éditions du CMLF, le comité d’organisation du Congrès ainsi que l’ensemble des coordonnateurs de thématiques ont souhaité que les actes soient disponibles à l’ouverture de la manifestation (livret des résumés, et CD regroupant l’ensemble des communications en version intégrale1). La version électronique des actes est mise en ligne sur le site du Congrès (http://www.linguistiquefrancaise. org). La publication des articles en version intégrale, rappelons-le, ne constitue en aucun cas un obstacle à une publication ultérieure remaniée (revues, ouvrages collectifs ou personnels). Elle est une opportunité pour les chercheurs de proposer en temps réel un état de leur travail, qui peut se prêter à toute forme d’évolution rapide par le biais des échanges.

5. Un engagement collectif au service de la linguistique française

Le CMLF représente un investissement collectif considérable. Nous l’avons précisé lors de la dernière édition. Nous ne pouvons que le rappeler pour celle-ci. Le CMLF, c’est la mobilisation de l’ensemble des responsables des unités de recherche composant l’ILF ; c’est un engagement résolu des Présidents et Vice-présidents des différentes sessions, qui ont la charge de mettre en place les comités scientifiques, lesquels procèdent, aidés par des relecteurs, à l’évaluation des soumissions ; c’est bien sûr un travail de longue haleine de la part du comité d’organisation, et de la direction de l’ILF. A cet égard, il convient de préciser que le CMLF 2012 doit beaucoup aux membres du laboratoire ICAR de Lyon, qui ont permis de régler les nombreux problèmes logistiques posés par le Congrès. L’édition 2012 du CMLF n’a pas dérogé aux principes de soumission et d’évaluation qui ont été fixés en 2008. Chaque soumission anonymisée est évaluée par un minimum de deux lecteurs, en double aveugle. On rappellera que l’évaluation porte non pas sur une intention de développement scientifique mais sur l’ensemble quasi finalisé de l’argumentation et de l’analyse.

6 Remerciements

Nous remercions vivement les organismes, institutions et personnels qui suivent, sans lesquels le CMLF 2012 n’aurait pu avoir lieu :

  • L’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS
  • Le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche
  • Le Ministère de la Culture et de la Communication et la Délégation Générale à la Langue Française et aux Langues de France
  • L’Université Paris Ouest Nanterre La Défense
  • L’Université Lumière, Lyon 2
  • Le laboratoire Interactions, Corpus, Apprentissages, Représentations (ICAR, UMR 5191 CNRS – Université Lumière Lyon 2, ENS de Lyon - INRP)
  • La ville de Lyon
  • La région Rhône-Alpes
  • L’ensemble des unités composant l’ILF2
  • Les Présidents et Vice-présidents des thématiques du Congrès
  • Les membres des comités scientifiques et les relecteurs3
  • Le secrétariat et le secrétariat général de l’ILF (Zahia Zendagui, Véronique Brisset- Fontana)
  • Stéphanie Girault, ingénieur de recherche à l’ILF

Le comité d’organisation du CMLF 2012

  • Franck NEVEU, Université Paris-Sorbonne, directeur de l’ILF (Institut de Linguistique Française)
  • Valelia MUNI TOKE, laboratoire Histoire des Théories Linguistiques (HTL, CNRS)
  • Peter BLUMENTHAL, Université de Cologne
  • Thomas KLINGLER, Université Tulane de la Nouvelle Orléans
  • Pierluigi LIGAS, Université de Vérone
  • Sophie PREVOST, laboratoire Langues, Textes, Traitements informatiques, Cognition (LaTTiCe, CNRS)
  • Sandra TESTON-BONNARD, Université Lumière, Lyon 2, laboratoire Interactions, Corpus, Apprentissages, Représentations (ICAR, CNRS)